Mozart à 20 ans Alice Piérot - Aline Zylberajch - l’Orchestre du Jour

Un jeune homme de 20 ans, deux chefs-d’œuvre écrits à quelques mois d’intervalle, un seul geste qui file de Paris à Salzbourg, du violon au clavier, de Wolfgang à Mozart.

Concerto di violino KV 219 en la majeur - Alice Piérot, violon

Concerto per il clavicembalo KV 271 en mi bémol majeur - Aline Zylberajch, piano

Dans le vif tourbillon que fut la vie d’Amadeus Mozart, les concerti pour violon et clavier occupent un statut
différent : les premiers sont de flamboyantes oeuvres de jeunesse, les seconds forment un impressionnant
monument bâti tout au long de la brève carrière du compositeur.

La discographie s’est peu aventurée à rapprocher ces deux ensembles et il nous a paru intéressant de croiser
le Concerto n°9 pour clavier - parfois considéré comme le premier concerto de maturité - et le dernier des
concerti pour violon, une telle approche soulignant en particulier la fraîcheur de cette dernière
oeuvre en l’arrachant à son statut de pièce virtuose et redoutée.
L’usage des cordes et vents anciens avec un effectif assez réduit, permet d’approcher la limpidité de
l’écriture et la délicate subtilité des alliances de timbres qui viennent répondre aux multiples couleurs des
solistes.

Pour le clavier, nous avons choisi un instrument français, légèrement postérieur à Mozart, mais qui
ressemble sans doute à ceux qui ont pu être employés lors des concerts du début du 19ème siècle.
La complicité entretenue de longue date entre Alice Piérot et Aline Zylberajch, l’amitié joyeuse qui les lie
aux membres de l’Orchestre du Jour semblait parfaitement indiquée pour insuffler cet enthousiasme du
jeune Mozart, mêlée de révolte contre ceux qui ne comprenaient que superficiellement son art, au premier
rang desquels les Français occupaient malheureusement un rang éminent.